Historique capillaire

Comme mon blog traite entre autre de cheveux, je me suis dit qu’il serait intéressant de remonter jusqu’à ma plus tendre enfance pour jeter un œil à mon évolution capillaire. Cette page sera mise à jour chaque année. Vous avez le droit de cliquer sur les photos pour les agrandir. ;) C’est parti !

Mon enfance

Contrairement à beaucoup, j’ai tout de suite eu les cheveux très foncés. Néanmoins, ils semblent éclaircir légèrement jusqu’à ma première ou deuxième année. A l’époque, ils sont lisses. Eh ouais !

mescheveux-bebe

Durant la maternelle, puis la primaire, les choses se corsent. Mes cheveux sont un peu rebelles, ils ondulent. Ma mère (maniaque des cheveux et de la coiffure parfaite) commence à me faire subir les brushings, le sèche-cheveux dans la figure dès 8h du mat’ et la brosse ronde à picots en plastique. Ah ! Et la laque aussi. Un cauchemar. Elle sait à quel point c’était insupportable pour moi ! J’ai tout de même droit à quelques jours de répits. Voici une photo de moi quand j’étais en maternelle. Je devais être âgée d’environ quatre ans à l’époque. Le bébé à côté est mon premier petit frère, Jérémy. Je cache sa tête par respect pour sa vie privée. ;)

IMG_20140914_0003

Et là, je suis en primaire. J’ai souvent les cheveux au carré (ma mère, la maniaque), parfois les cheveux plus longs, ce que je préfère. Mais j’ai toujours cette frange… que je détestais.

IMG_20140914_0004

Malgré les brushings très fréquents, mes cheveux ne sont pas trop abîmés. A vrai dire, je regrette mes cheveux de la dernière photo. Ils sont mon objectif capillaire… en beaucoup plus long, bien sûr.

 

L’adolescence

A l’âge où tous les gamins -ou presque- souffrent d’acné foudroyante, chez moi, c’est sur mon cuir chevelu que mes hormones se déchaînent. Mes cheveux sont gonflés, sans cesse emmêlés, sans forme. Ils sont gras et le resteront jusqu’à mes 17 ans. Alors que je suis en classe de 5ème, mon collège est envahi par les poux. Personne n’y échappe. Je mets presque un an à m’en débarrasser. Ça gratte. C’est aussi le début de mes problèmes de pellicules grasses. Je ne suis franchement pas gâtée. Je n’ai que très peu de photos de cette époque difficile émotionnellement. J’ai 12 ans.

IMG_20140914_0005

A 14 ans, je découvre les joies du fer à lisser. Mes cheveux subiront le feu des plaques jusqu’à mes 21 ans.

 

A la sortie de l’adolescence

Mon rêve est d’avoir les cheveux noirs. Mais j’attends de quitter le foyer familial avant de tomber dans le piège des colorations chimiques.

En revanche, j’expérimente dans ma chambre diverses coiffures qui nécessitent entre autre… de crêper ses cheveux. Je crois qu’ils n’apprécient pas (normal). Je les lisse avec mes plaques en céramique, mais je décide maintenant de leur faire subir le rouleau en métal pour les boucler. Mes pointes sont brûlées, blanches, sans vie.

cheveux-fac

Ma routine capillaire est minimaliste : je lave mes cheveux avec le célèbre shampoing antipelliculaire Schwarzkopf pour (accrochez-vous) cuir chevelu sensible. L’odeur me pique le nez, le shampoing est inefficace. Les pellicules sont toujours là. Je me gratte jusqu’au sang, parfois à l’aide de ma brosse en plastique. Ça soulage… sur le moment. Mes cheveux sont sans forme : je suis contrainte de les lisser, sinon c’est pire. Ils gonflent dès qu’il fait humide, ma frange bouclotte. Je commence à toucher aux colorations principalement violet et noir. Sur la photo ci-dessous, j’ai des restes de coloration violette. C’est terne, je ne supporte plus.

100_0887

Quant à mon alimentation, elle est catastrophique depuis le collège : on ne se nourrit que de plats préparés, j’enchaîne restrictions et gavages. La nuit, je ne dors que quelques heures : je suis insomniaque et accro à Internet et aux jeux vidéos. Je perds mes cheveux en masse. J’ai 18-19-20 ans sur ces photos et l’enfer capillaire va perdurer jusqu’à mes 21 ans.

 

La prise de conscience

Je reprends en main mon alimentation et mon mode de vie et décide de me lancer dans les soins naturels. J’ai 21 ans et comprends enfin que les produits chimiques sont en grande partie à l’origine de mes soucis dermatologiques et que je ne pourrai les régler qu’avec des produits doux et naturels. J’a le déclic lorsque je découvre les topics sur le henné et les soins naturels sur les forums. Je découvre Audrey de Ma pousse de cheveux ainsi que Vinie de Mes soins naturels.

2013-04-07

Nous sommes le 7 avril 2013. Je ne dis rien à personne, mais je décide que cette semaine, je couperai tout pour partir sur de nouvelles bases. Le jeudi qui suit (11 avril 2013), je fais secrètement un tour chez le coiffeur du coin. Je demande à ce qu’on me coupe tout. Et ça donne ça.

11avril2013

 

 

Première année au naturel

Consultez l’article ici.

1an-naturel

 

 

Deuxième année au naturel

Consultez l’article ici.

2eme-anne-cheveuxnaturels

 

 

Troisième année au naturel

3anspoussenaturel

Consultez l’article ici.

 

 

Quatrième année au naturel

Rendez-vous le 11 avril 2017.

Suivre le blog par email

S'abonner